Le Réveil Lozère 05 août 2020 à 10h00 | Par Marion Ghibaudo

Un décret met à jour les dispositions des contrats laitiers

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Un nouveau décret « relatif à l’obligation de conclure des contrats de vente écrits pour la vente de lait de vache cru » a été publié au Journal officiel le 2 août. Au menu, pas de nouveauté. « Ce décret est la déclinaison opérationnelle de la loi Egalim. Il n’a pas d’impact particulier », explique Solène Levron, responsable juridique à la FNPL (producteurs laitiers, FNSEA) le 3 août à Agra Presse. Le texte rappelle l’obligation de conclure des contrats écrits pour la vente de lait de vache cru et précise les clauses qui doivent impérativement figurer dans ces contrats (volume de lait à livrer sur l’année, marge d’ajustement de ces volumes, modalités de collecte, de paiement, etc.). Il rappelle également le rôle des contrats-cadres dans la contractualisation de la filière laitière. En écho au changement de référence pour le prix de base du lait payé par certaines laiteries, et notamment Lactalis, le décret indique de nouveau que « si le prix de base convenu ne correspond pas à un lait contenant 38 grammes par litre de matière grasse et 32 grammes par litre de matière protéique, le contrat et l’accord-cadre mentionnent également, pour information, le prix correspondant à un lait d’une telle composition ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui