Le Réveil Lozère 25 janvier 2018 à 01h00 | Par FXS

UE-Mercosur, poursuite des négociations au niveau ministériel fin janvier

Une session de pourparlers au niveau ministériel est prévue le 30 janvier à Bruxelles entre le Mercosur et la Commission européenne pour tenter de progresser sur la voie d’un accord de libre-échange.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Les ministres des affaires étrangères des quatre pays du Mercosur (Brésil, Argentine, Uruguay, Paraguay) doivent rencontrer le 30 janvier à Bruxelles les commissaires européens au commerce et à l’agriculture, Cecilia Malmström et Phil Hogan, pour tenter d’« ouvrir la voie à d’éventuelles avancées » dans leurs négociations de libre-échange, selon les termes d’un porte-parole de la Commission. Un accord politique à ce stade est peu probable, l’exécutif européen étant toutefois déterminé à y parvenir début 2018 car il craint que la fenêtre d’opportunité ne se referme vite, avec des élections présidentielles au Brésil prévues en octobre 2018.

Produits sensibles et intérêts offensifs européens
Le niveau des concessions que pourrait accepter l’UE, notamment pour l’accès à son marché de produits agricoles sensibles, bœuf et éthanol en premier lieu, dépendra de la réponse que le Mercosur apportera à ses demandes concernant surtout les marchés publics, la protection des investissements, les services, les affaires maritimes, les normes automobiles et les exportations de produits laitiers. Par ailleurs, la protection des indications géographiques européennes s’avère problématique pour 42 dénominations.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1444, du 25 janvier 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui