Le Réveil Lozère 27 mai 2015 à 08h00 | Par Agrapresse

Tuberculose bovine : un statut « relativement » stable

L’avancée de la tuberculose inquiète les éleveurs bovins. Isabelle Tourette, vétérinaire conseil à GDS France, fait le point sur la situation et reconnaît que cette dernière reste préoccupante.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Test à la tuberculine pour le dépistage de la tuberculose.
Test à la tuberculine pour le dépistage de la tuberculose. - © Réussir

En 2014, une augmentation des cas de tuberculose bovine, maladie liée à une bactérie Mycobacterium bovis, a été observée en Aquitaine, surtout en Charente-Maritime et dans le Lot-et-Garonne. En Côte-d’Or, le nombre de cas a été divisé par deux après plus de dix années de lutte. Début mars, trois élevages de 270 bovins au Pays-Basque ont été confirmés positifs à la tuberculose bovine. Dans l’un des élevages, tout le cheptel sera abattu comme le demande la loi. Les deux autres ont pu obtenir une dérogation à l’abattage total. Seule une partie sera éliminée. La tuberculose bovine continue toujours de faire parler d’elle. Pour autant, la situation de cette maladie reste « relativement stable en France », estime Isabelle Tourette, vétérinaire conseil à GDS France. Quelques foyers ont été détectés grâce à la surveillance en abattoir où la détection des lésions suspectes sur les carcasses a été renforcée. « Cette inspection est un maillon important car il permet de détecter des foyers qui ont échappé à la surveillance en amont de la filière sur les animaux vivants, explique-te-elle. Mais globalement on détecte de plus en plus de foyers lors de la prophylaxie, ce qui est souhaitable car cela permet une gestion plus précoce des cas. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 28 mai 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.