Le Réveil Lozère 23 novembre 2017 à 08h00 | Par SR48

Trois agents de plus au service de remplacement

 Anthony Lacas, Fabien Deltour et Pierre Trebuchon, viennent d’être embauché en CDI au service de remplacement Lozère.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Anthony Lacas, âgé de 21 ans.
Anthony Lacas, âgé de 21 ans. - © SR 48

Issus tous les trois du département et fils d’agriculteurs, ils ont confirmé leur goût pour l’agriculture avec leurs études. Anthony a obtenu un BTS ACSE (analyse et conduite de système d’exploitation), Pierre un Bac STAV (sciences techniques de l’agronomie et du vivant), et Fabien un Bac Pro CGEA (conduite et gestion d’exploitation agricole). Leur parcours personnel, scolaire et professionnel via des missions pour le SR leur confère une grande capacité d’adaptation et des compétences.
Leur mission en tant qu’agent de remplacement est de subvenir aux différents besoins des agriculteurs pour divers motifs comme l’accident, la maladie, les congés maternité et paternité, les vacances, mais aussi pour les remplacer lors de formations ou de réunions.
S’adapter, être autonome, et réactifs, c’est ce que nos agents font tous les jours dans les exploitations. La majorité des demandes de remplacement en Lozère s’orientent vers l’élevage.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1435, du 23 novembre 2017, en page 6

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui