Le Réveil Lozère 19 septembre 2018 à 11h00 | Par FDC 48

Trichine et sanglier : l’analyse, premier principe de précaution !

Chasser signifie consommer le gibier. Il s’agit là d’une activité humaine vieille comme l’humanité. Or ledit gibier peut être porteur de maladies pouvant être transmises au consommateur, au mangeur. Ainsi de la trichine « hébergée » par le sanglier qui peut engendrer une maladie que l’on appelle la trichinellose. Petite revue de détails.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDC 48

La trichine est un minuscule parasite (de 0,8 à 1 mm) qui peut infester les muscles de Sus scrofa sans que celui-ci n’en montre le moindre symptôme. Dès lors, seule une analyse effectuée par un laboratoire agréé peut déceler la présence des larves.
La trichine peut se transmettre à l’homme qui ingère une viande contaminée. Il existe donc un réel risque alimentaire.
Pour le prévenir, il convient de prendre quelques précautions. La plus sûre, la plus efficace consiste à faire analyser la langue du sanglier.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1476, du 20 septembre 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le compte n’y est pas du tout : la première année de négociations (sous la loi Égalim) n’a pas été satisfaisante.

a constaté Didier Guillaume le 16 avril, à l’issue d’une réunion du comité de suivi des relations commerciales réunissant producteurs, transformateurs et distributeurs à Bercy.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui