Le Réveil Lozère 12 décembre 2017 à 08h00 | Par Christine Dogbo Rousse

Travaux sur les parties privatives d’un lot de copropriété

Chaque copropriétaire à un usage exclusif des parties privatives de son lot et dispose donc de la liberté d’y entreprendre des travaux. Il s’agit néanmoins d’une liberté encadrée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Jean-Jacques Biteau

Le copropriétaire peut engager des travaux chez lui à condition de respecter la destination de l’immeuble et de ne pas porter atteinte aux droits des autres copropriétaires. Ainsi, un copropriétaire ne peut pas par exemple transformer son lot à usage d’habitation en restaurant si la destination de l’immeuble est exclusivement réservée à l’habitation. Il ne doit pas non plus créer des troubles pour les voisins.
Enfin si les travaux qu’il envisage impactent les parties communes ou modifient l’aspect extérieur de l’immeuble, il devra obligatoirement obtenir l’accord préalable sur les travaux envisagés du syndicat des copropriétaires en assemblée générale.
Un copropriétaire, dans certaines situations, peut aussi être amené à supporter des travaux dans son appartement, qui ne sont pas entrepris par lui mais par le syndicat des copropriétaires. La loi prévoit deux hypothèses.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1438, du 14 décembre 2017, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.