Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 10h00 | Par Roland Saint Thomas

Tracteurs, un marché très suivi

Le niveau des ventes des tracteurs et des machines agricoles est regardé à la loupe par les constructeurs et les distributeurs. Il révèle la situation économique de l’agriculture, mois par mois.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vincent Motin

Si l’on observe les chiffres du marché européen fin 2017, les 30 pays de notre zone économique ont absorbé 161 235 tracteurs neufs, dont 39 500 pour la France, toutes catégories confondues, allant des standards, aux micro-tracteurs espaces verts. Néanmoins, le marché national était à la peine l’année dernière, avec un recul de 2,2 % par rapport à 2016, alors que d’autres pays progressaient de 5,7 % comme l’Espagne et voire de 22,9 % pour le Danemark*.
En décembre dernier, le marché a observé un pic des immatriculations dans tous les pays de notre zone, pour la simple et bonne raison qu’il fallait absolument sortir du marché du neuf, ceci avant le 1er janvier 2018, les tracteurs neufs en stock non équipés d’un double système de freinage. C’est ce que certains ont appelé l’effet « mother régulation », le nom de ce système de freinage qui doit équiper depuis cette date tous les tracteurs neufs vendus en Europe. Ces tracteurs, certes immatriculés en 2017, ont dû trouver preneurs début 2018 en s’immisçant sur le marché du neuf, alors qu’ils étaient statistiquement considérés comme d’occasion du fait de leur deuxième immatriculation.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1483, du 8 novembre 2018, en page 9 (dossier tracteurs).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui