Le Réveil Lozère 07 novembre 2018 à 10h00 | Par Roland Saint Thomas

Tracteur d'occasion : un marché presque trois fois plus important que le neuf

Acheter son tracteur d’occasion permet de s’équiper à moindres frais.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les évènements comme la foire de Beaucroissant (Isère) d’avril est consacrée au marché du tracteur d’occasion.
Les évènements comme la foire de Beaucroissant (Isère) d’avril est consacrée au marché du tracteur d’occasion. - © Terre Dauphinoise

Dans la plupart des cas, la vente d’un tracteur neuf fait l’objet d’une reprise de la part du concessionnaire. Pour revendre cette reprise, il devra là encore procéder à une nouvelle reprise qu’il devra à nouveau mettre sur le marché et ainsi de suite… Ainsi, la vente d’un tracteur neuf génère en moyenne 2,3 ventes d’occasion et l’on arrive au chiffre impressionnant de 90 786 tracteurs usagés vendus en 2017 sur notre marché. Une partie de ces tracteurs d’occasions sortent cependant de la sphère européenne pour alimenter les pays de l’Est, du Moyen-orient ou d’Afrique. Il n’existe pas de chiffres à proprement dits sur l’ampleur de ce phénomène, mais en général, ce sont les extrêmes qui partent, c’est-à-dire, les très « belles occasions », ou à l’inverse, les tracteurs en fin de vie, peu chers et souvent exportés par lots complets. Ils auront une deuxième ou troisième vie et serviront pour des usages moins intensifs, voire pour de la pièce.

Suite de l'article à lire dans le dossier tracteur du Réveil Lozère n°1483, du 8 novembre 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui