Le Réveil Lozère 07 février 2017 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

«Toaster mes féveroles pour rééquilibrer le rapport PDIE/PDIN»

Michel Dumont, éleveur laitier à Saint-Rémy-sur-Orne dans le Calvados a, pour la première fois, fait chauffer ses graines de protéagineux pour améliorer leur assimilation par ses vaches laitières.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le toasteur utilisé en Normandie est un toasteur Mecmar d’un rendement de quatre tonnes de graines grillées à l’heure, associé à un nettoyeur-trieur et complété par un groupe électrogène, l’ensemble transporté par camion remorque.
Le toasteur utilisé en Normandie est un toasteur Mecmar d’un rendement de quatre tonnes de graines grillées à l’heure, associé à un nettoyeur-trieur et complété par un groupe électrogène, l’ensemble transporté par camion remorque. - © Cyrielle Delisle

À la demande d’agriculteurs, les chambres d’agriculture du Calvados et de l’Orne ont organisé fin 2015 un déplacement en Vendée où des éleveurs se sont équipés, d’une unité mobile de toastage, en Cuma départementale. Cette pratique les a séduits et certains se sont lancés cet automne. À l’image de Michel Dumont, éleveur laitier dans le Calvados, en conversion bio et qui a accueilli sur sa ferme une démonstration de toastage. « Les protéagineux utilisés crus sont mal valorisés car les protéines sont en grande partie dégradées par les bactéries du rumen. Le fait d’en cuire les graines protège les protéines et augmente la part d’azote dans le rumen, d’où l’intérêt du toastage qui consiste à réaliser un fort traitement thermique des graines (air insufflé à 280°C) », note David Delbecque, conseiller à la chambre d’agriculture du Calvados. Ce processus représente une alternative sans chimie au tannage. En découle uniquement une modification moléculaire. « Elle est moins énergivore que l’extrusion mais n’enlève pas l’huile de la graine, il faudra donc en tenir compte pour équilibrer la ration », ajoute le conseiller. La graine pourrait se conserver six mois pour un protéagineux non gras.
Économie de matières premières
« L’autonomie alimentaire, je travaille dessus depuis vingt ans. Aujourd’hui, je suis autonome pour mon troupeau laitier à 9 000 litres par vache. Le toastage toutefois répond plus à un problème de rééquilibrage de mes rations en PDIE* par rapport au PDIN**. La ration est composée de maïs, d’enrubannage de luzerne, d’ensilage d’herbe, de féveroles et de lupin. L’azote soluble sur l’exploitation est en effet digéré trop rapidement. Le toastage devrait améliorer les PDIE de la ration et ainsi répondre à mon besoin. Sur le papier, ce processus devrait me faire économiser la quantité de féveroles distribuée. Je pense ainsi passer de 3 kilos à 2,3 kilos tout en conservant les mêmes performances », souligne Michel Dumont.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 9 février, numéro 1396.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui