Le Réveil Lozère 01 avril 2020 à 11h00 | Par Agra Presse

Tensions autour des tarifs logistiques

L'industrie agroalimentaire a appelé, le 25 mars, « à la raison » après des hausses de tarifs « non concertées » d'importants transporteurs. Le groupe Stef est déjà revenu sur une hausse annoncée le 24 mars.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © CC0 Domaine public

Dans une lettre ouverte parue le 25 mars, Richard Girardot, le président de l'Ania (industrie agroalimentaire) a lancé « un appel à la raison sur les tarifs du transport et de la logistique », après que des annonces de hausses de tarifs ont été faites la veille « de façon non concertée » par d'importantes sociétés de transport. Si le président de l'Ania dit « comprendre parfaitement les conséquences de la crise sur les entreprises de logistique et de transport », il rappelle que « les entreprises de l'alimentation sont dans la même situation ». Et d'appeler à une « union sacrée » par « le dialogue et la solidarité ».
Selon les informations du quotidien Les Marchés, le transporteur Stef serait revenu, ce 25 mars, sur l'augmentation de tarif de 8,5 % annoncée la veille. Un autre transporteur, STG, avait également annoncé une hausse du même ordre. De son côté, le ministère de l'Economie fait savoir, le 25 mars, que la DGCCRF suit le dossier « pour s'assurer qu'il n'y a pas d'abus et, si c'est le cas, elle agira ». Et de préciser : « Ce que nous savons aujourd'hui, c'est qu'il est plus cher de faire de la logistique avec la crise, car 50 % des camions roulent à vide. »

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1554, du 2 avril 2020, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Au plus tard en 2022, les retraites des chefs d’exploitation à carrière complète atteindront donc 85 % du Smic, soit environ 1 025 euros par mois

Se félicitent les syndicats.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui