Le Réveil Lozère 25 août 2015 à 08h00 | Par Dominique Gouhenant

Sus à la taupe !

Au même titre que la Lozère, la Franche-Comté doit faire face au campagnol. Tous conseils étant bons à prendre, des agriculteurs racontent leur expérience.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Fredon LR

En agissant sur la taupe, Dominique Mougin lutte également contre le campagnol. La première creuse au profit du second de multiples galeries. Autant les saper à la base en piégeant la taupe. « En 2006, quand la pullulation était vraiment trop importante, il fallait bien tirer des plans pour ne pas mourir ! » Le propos de Dominique Mougin pourrait sembler excessif mais c’est loin d’être une fanfaronnade. Cet agriculteur de Damprichard, dans le Doubs, a repris une ferme en individuel. Ses 28 Montbéliardes paissent sur 42 ha et produisent 190 000 l de lait. Il a fallu tout racheter pour s’installer et les prêts contractés devaient être remboursés. Dominique Mougin n’est pas du genre à baisser les bras. Il sait qu’il faudra se battre et que la solution à son problème ne se réglera pas uniquement en agissant sur une seule année. « Les taupes sont là en permanence. » Elles sont un bon marche-pied pour le campagnol terrestre et le campagnol des champs. « On ne peut pas traiter l’un sans l’autre. » Faut-il encore savoir où se terrent ces ennemis des fourrages. « Il faut aller se promener à pied dans les champs. En tracteur, tu ne vois pas les indices. » On pourrait laisser faire le climat. « J’ai des terres à mille mètres d’altitude et depuis 14 ans, la neige arrive avant le gel. » Il faut donc utiliser tous les éléments de la boîte à outils, comme le piétinement. « Avec les génisses sur les parcelles où je le peux. » Mais les taupes n’y sont pas sensibles. Le gazage des taupes est donc incontournable. Et les effets sont quasi immédiats. « Quand j’ai commencé, j’ai passé une quinzaine d’après-midi contre la taupe. » Aujourd’hui, le temps est réduit à trois demi-journée. « Et encore je me promène. » Contre le campagnol, les doses utilisées sont en baisse pour atteindre actuellement 5 kg de bromadiolone pour 40 ha ; en sachant que la réglementation autorise 7,5 kg par hectare. Pour questions liées à la lutte contre le campagnol, n’hésitez pas à contacter Nathalie Vanherle à la Fredon LR au 06 33 37 09 30, fredonlr.com.

La suite dans le Réveil Lozère, page 7, édition du 27 août 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui