Le Réveil Lozère 29 novembre 2017 à 08h00 | Par FDSEA, JA

Stop aux dégâts de sangliers !

Des dégâts de sangliers sont constatés partout sur le département. La FDSEA et les JA ont souhaités rencontrer la FDC pour trouver un terrain d’entente et prendre des mesures efficaces.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FDSEA 48

Face à des constats de plus en plus fréquents et qui s’étendent à l’ensemble du département, les dégâts de sangliers font monter l’exaspération des agriculteurs. Afin de constater la réalité du terrain et de mieux appréhender les incidences face aux enjeux agricoles, la FDSEA et les Jeunes agriculteurs de Lozère ont organisé ce lundi 27 novembre dernier une rencontre à Arzenc-de-Randon.
Ils avaient invité André Thérond, président la fédération départementale des chasseurs, et Xavier Gandon, directeur départemental des territoires. À peine les participants arrivés sur les terres de Thierry Romieu, le décor est planté. Concrètement, les nombreux agriculteurs présents venus de tout le département, expriment leur ras-le-bol face à une situation qui ne cesse d’empirer. « Depuis le printemps, de nombreux agriculteurs nous interpellent sur des dégâts de plus en plus important quel que soit le secteur de notre département », explique Julien Tuffery, président des Jeunes agriculteurs.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1436, du 30 novembre 2017, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui