Le Réveil Lozère 10 janvier 2018 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Stop aux chutes (partie 1 : état des lieux)

Les chutes de hauteur représentent la troisième cause d’accidents mortels en agriculture. On en compte plus de vingt par jour avec pour conséquence une moyenne de plus de 90 jours d’arrêt de travail.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Dans le secteur agricole, les chutes de hauteur représentent 4 000 accidents du travail par an avec des conséquences plus ou moins graves. 40 % des accidents du travail mortels sont dus à une chute de toit.
Dans le secteur agricole, les chutes de hauteur représentent 4 000 accidents du travail par an avec des conséquences plus ou moins graves. 40 % des accidents du travail mortels sont dus à une chute de toit. - © P. Le Douarin

Les chutes de hauteur ont été inscrites dans le plan santé-sécurité au travail de la MSA pour 2016-2020 (voir encadré). Dans le secteur agricole, elles sont à l’origine de 4 000 accidents du travail par an, soit plus de 10 % d’entre eux et constituent la troisième cause d’accidents du travail* mortels des exploitants. Ceux-ci surviennent lors de chantiers de couverture ou de réparation de toitures de bâtiments d’exploitations. Le risque de chutes de hauteur est transversal à l’ensemble des secteurs d’activité agricole. « Afin de travailler en sécurité et d’éviter l’accident, il est important de connaître les situations à risques liées aux chutes de hauteur, de les prévenir et d’adapter ses pratiques. Autrement dit, il faut prendre conscience de ce risque et l’évaluer pour diminuer les accidents du travail », souligne Philippe Pican, conseiller de prévention de la MSA Côtes-normandes.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1442, du 11 janvier 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui