Le Réveil Lozère 09 mai 2018 à 14h00 | Par MR

Stéphane Travert dévoile le détail du « plan d'investissement de cinq milliards »

Lors du Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole (CSO) du 2 mai, le ministère de l'Agriculture a dévoilé les derniers détails du volet agricole du Grand plan d'investissement. Dernière surprise, il intègre notamment les dotations de l'État et de l'UE alloués à l'aide à la conversion en bio et aux MAEC.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

C'est à un exercice de comptabilité pour le moins atypique que s'est livré le ministère de l'Agriculture pour atteindre le montant de 5 milliards d'euros dont le candidat Emmanuel Macron avait promis de doter le volet agricole du Grand plan d'investissement (GPI). Depuis septembre, nous savons déjà de la bouche de Jean Pisani-Ferry, chargé de l'élaboration du GPI, qu'un des cinq milliards proviendrait des fonds européens - mais c'est un mode de calcul avantageux dont les gouvernements sont coutumiers. Ils y ajoutent en général les fonds régionaux et départementaux, ce qui n'est pas le cas cette fois-ci.
Depuis le Salon de l'agriculture, les agriculteurs savaient que ce plan inclurait également les montants des prêts qu'ils pourraient obtenir grâce à la création de nouveaux « fonds de prêts » et de « fonds de garantie » dotés notamment par l'État. Il s'agissait déjà d'une étonnante innovation. Mais depuis la réunion du Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole (CSO) le 2 mai, les représentants du secteur agricole savent désormais que le plan « d'investissement » contiendra aussi des « aides à la conversion bio » et les MAEC de la période 2018-2022.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1459, du 10 mai 2018, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Seuls les broutards valablement vaccinés contre les sérotypes 4 et 8 (de la FCO, NDLR) feront l’objet d’une commercialisation.

annonce la FFCB.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui