Le Réveil Lozère 21 juillet 2015 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Sortir l'élevage de l'ornière

Plus de 22 000 éleveurs seraient proches du dépôt de bilan en France, a déclaré Stéphane Le Foll, le ministre le l'Agriculture, dans les colonnes du Parisien le 17 juillet. Soit le lendemain de la conférence agricole au Sénat.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Vincent Motin

« Nous nous sommes rencontrés ce matin, avec le Premier ministre et les banques » afin de trouver une porte de sortie à la crise qui frappe l'élevage, indiquait Stéphane Le Foll le 17 juillet. Par ailleurs, le Crédit agricole, le Crédit mutuel et la Banque populaire, signataires du pacte laitier, indiquent que « seront propoées aux éleveurs concernés des échéances de prêts modulables leur permettant d'ajuster le montant de leur remboursement ». Le minsitre de l'Agriculture parle de 22 000 éleveurs en difficulté, tout en relativisant ; « cela représente environ 10 % de l'élevage pas 40 % comme on a pu l'entendre dire ! » Il n'empêche la crise est là. Après les 23 millions d'euros débloqués en février, Stéphane Le Foll et Manuel Valls auraient convenu d'une rallonge supplémentaire. « Mais nous devons évaluer les besoins, explique le locataire de la rue de Varenne. Et on mobilisera plus d'argent s'il le faut ». Car la crise est triple : viande bovine, viande porcine et lait. La table ronde du 17 juin avait permis de faire émerger des engagements de la part des acteurs des filières viandes. Trois semaines plus tard, Xavier Beulin, le président de la FNSEA tapait du poing sur la table, affirmant que les résultats n'étaient pas là. Le rapport du médiateur a été remis à Stéphane Le Foll le 22 juillet qui a déjà indiqué que les cours du porc étaient sur une relative bonne dynamique : « Sur 1,40 EUR/kg visé, on est déjà à 1,38 EUR au marché au cadran. » En revanche, il est moins optimiste pour la viande bovine : « (...) 7 centimes d'augmentation au lieu des 20 prévus. » Face à l'urgence, il faut trouver des solutions. C'était l'objet de la rencontre avec les banques, qui devrait se renouveler à la fin du mois d'août. En attendant, le ministre compte étudier où se trouvent les exploitations en plus grandes difficultés. Il souhaite apporter une attention particulière aux jeunes installés qui ne pourraient pas rembourser les emprunts faits pour investir dans leurs exploitations. Le ministre a insisté sur le rôle des consommateurs pour sortir de l'ornière. « Chacun a sa part de responsabilités pour maintenir la consommation et assurer des débouchés aux éleveurs. La transparence doit s'appliquer en matière d'étiquetage, en particulier à travers le logo Viande de France, pour mieux valoriser les produits français et la qualité qui leur est associée. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 3, édition du 23 juillet 2015.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

J’ai fait avancer les libertés : le mariage a été ouvert à tous les couples, l’égalité entre les femmes et les hommes a été renforcée et la lutte contre les discriminations, celles qui blessent, a été amplifiée.

Extrait du discours de François Hollande, qui le 1er décembre a renoncé à briguer un second mandat.

Culture
Cinéma » Le Voleur de lumière
Cinéma » La nuit du court
Comédie musicale » Ça tourne pas rond
Cabaret » Repas-spectacle du Lézard
Concert » L’orchestre de Montpellier en concert
Cinéma » Café-ciné du Valdo

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui