Le Réveil Lozère 17 mai 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Situation normale pour les eaux souterraines

Le BRGM fait le point chaque année sur la recharge en eaux souterraines en sortie d’hiver.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © torange.biz

« Au 1er février, la recharge était très déficitaire. On était inquiet. Mais entre février et mars, la recharge a été importante », explique Philippe Vigouroux, hydrogéologue et chef de projet à la direction eau, environnement et écotechnologies du bureau de recherche géologique et minière (BRGM). Au 1er avril et grâce aux pluies abondantes qui ont arrosé la France, 76 % des niveaux des eaux souterraines sont normaux ou supérieurs à la normale : 76 % des points suivis sont stables ou en hausse. Et si les niveaux de recharge atteints restent très légèrement inférieurs à ceux de 2014 et de 2015 (83 % normaux ou supérieurs pour cette année-là) à la même époque, on se situe bien au-dessus de la mauvaise année que représentait 2012 avec 11 % des nappes possédant un niveau égal ou supérieur à la normale. Ce niveau atteint au 1er avril est important puisque cette mesure intervient à la fin de la période dite de recharge hivernale. « De septembre à mars, la végétation est faible dans le pays, les eaux de pluie peuvent s’infiltrer et réalimenter les nappes. En avril, on assiste au redémarrage de la végétation et on se prépare à utiliser une partie des ressources en eau accumulées pendant cette période. C’est pendant ce mois que l’on bascule de la période de recharge à celle de consommation des eaux. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 19 mai 2016, numéro 1360.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.