Le Réveil Lozère 28 juin 2017 à 08h00 | Par Claire Lebeau

Simplification du régime de l’EIRL

L’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) permet à tout entrepreneur individuel, créant ou exerçant déjà une activité commerciale, artisanale, libérale ou agricole, de protéger son patrimoine personnel des risques liés à son activité professionnelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © SC

Contrairement à l’entreprise individuelle ordinaire, les biens personnels du chef d’entreprise ne sont pas engagés, quand bien même l’EIRL ne constitue pas une société ayant une personnalité juridique distincte de ses associés. Ainsi, les créanciers professionnels de l’entrepreneur individuel à responsabilité limitée ne peuvent poursuivre que le patrimoine affecté (patrimoine professionnel) tandis que les autres créanciers ne peuvent poursuivre que le patrimoine non affecté (patrimoine personnel). Ce statut permet également, sur option, de s’acquitter de l’impôt sur les sociétés sur les bénéfices dégagés par l’activité réalisée.
La loi « Sapin II » a apporté diverses simplifications à ce régime, entrées en vigueur le 11 décembre 2016.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1416, du 29 juin 2017, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Ce début octobre, le pastoralisme vit un grand moment à Ax-les-Thermes, en Ariège. La reconnaissance demandée des surfaces pastorales dans toutes les politiques publiques est un enjeu primordial pour ces territoires

A expliqué Christine Valentin, présidente de l’association des chambres d’agriculture du massif central (Sidam).