Le Réveil Lozère 16 mai 2018 à 09h00 | Par CD

Sécuriser son système avec des fourrages économes en eau et en énergie fossile

Depuis une dizaine d’années, l’Inra de Lusignan (Vienne) teste des solutions fourragères pour sécuriser les systèmes laitiers vis-à-vis des aléas climatiques. Zoom sur les voies explorées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les études menées à Lusignan depuis une dizaine d’années ont montré l’intérêt de diversifier les fourrages pour sécuriser le système fourrager des exploitations laitières.
Les études menées à Lusignan depuis une dizaine d’années ont montré l’intérêt de diversifier les fourrages pour sécuriser le système fourrager des exploitations laitières. - © Institut de l’élevage

Depuis une dizaine d’années, l’unité expérimentale fourrages-environnement-ruminants de l’Inra à Lusignan (Vienne) travaille sur des fourrages complémentaires à l’herbe et au maïs, produits sans irrigation, avec peu d’intrants. « On s’est dit que sur le moyen terme, le changement climatique et la raréfaction des ressources en eau et en énergie fossile allait changer la façon de produire. On a donc vraiment voulu se placer dans ce contexte pour trouver des fourrages économes en eau et en énergie fossile », explique Sandra Novak de l’Inra, lors des journées de printemps de l’AFPF (association française pour la production fourragère). Deux grandes voies ont été explorées dans cette optique : la sécurisation des stocks et l’allongement de la saison de pâturage. Ces travaux ont été conduits dans un premier temps à l’échelle de la parcelle, puis élargis à l’échelle du système fourrager dans le cadre de la reconception d’un système bovin laitier innovant.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1460, du 17 mai 2018, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui