Le Réveil Lozère 07 août 2019 à 10h00 | Par La rédaction d’Agra presse

Sécheresse : extension des mesures et des territoires concernés

Pour aider les agriculteurs à faire face à la sécheresse, le fauchage des jachères comptabilisées comme surfaces d’intérêt écologique (SIE) a été autorisé dans 27 départements supplémentaires (60 au total).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Au 20 juillet, 21 % des régions fourragères présentaient un déficit important.
Au 20 juillet, 21 % des régions fourragères présentaient un déficit important. - © C. Pruilh

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a annoncé, dans un communiqué du 29 juillet, sa décision d’élargir à « 27 nouveaux départements » la dérogation permettant aux agriculteurs de valoriser leurs jachères comptabilisées comme surfaces d’intérêt écologique (SIE), pour cause de sécheresse. 60 départements sont désormais concernés par cette dérogation, prévue en cas de « force majeure ». Quelques jours plus tôt, la Commission européenne a accordé comme l’an passé que cette dérogation soit étendue aux céréaliers. Par ailleurs, les agriculteurs pourront demander de décaler au « 20 août » la date de début de présence obligatoire des cultures dérobées, ce qui leur sera accordé « en fonction de l’évolution de la situation climatique », selon le ministre.
Le 25 août, Bruxelles a donné son feu vert pour que Paris verse « un pourcentage plus élevé » des avances d’aides Pac « en matière de paiements directs et paiements au titre du développement rural ». Le taux des avances « a été augmenté à 70 % des montants finaux pour les aides directes (au lieu de 50 %) et à 85 % des montants finaux pour l’ICHN (au lieu de 75 %) ». Huit autres États membres de l’UE (Pologne, Espagne, Roumanie, Portugal, Lituanie, Finlande, République tchèque et Grèce) ont adressé des demandes similaires.
Didier Guillaume appelle le secteur à « faire preuve de solidarité » entre « les départements disposant de fourrages et ceux en pénurie ». Le dispositif de calamités agricoles sera activé « dès le bilan de la sécheresse 2019 connu ». À l’issue d’un rendez-vous avec le ministre de l’Agriculture le 29 juillet, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert a salué des « avancées ».

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1522, du 8 août 2019, en page 9.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui