Le Réveil Lozère 03 avril 2019 à 09h00 | Par Aurélie Pasquelin

S’installer en ayant réfléchi son autonomie fourragère, un plus

Récemment installé sur le causse Méjean, Mickaël Jaffard reçoit aujourd’hui le prix à l’installation. Un prix qu’il doit notamment à son travail sur l’autonomie fourragère au sein de son exploitation.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mickaël Jaffard, vainqueur du trophée à l’installation et Dorian Boiral, co-président du point accueil installation.
Mickaël Jaffard, vainqueur du trophée à l’installation et Dorian Boiral, co-président du point accueil installation. - © Aurélie Pasquelin

Réfléchir son autonomie fourragère avant même de s’installer, tel a été le pari de Mickaël Jaffard. Après un parcours en maintenance de matériel agricole et un BPREA réalisé à Florac, le jeune homme, âgé de 23 ans, est installé officiellement depuis le 15 février 2018 à Saubert, sur la commune d’Hures-la-Parade. Inscrits en Gaec, Mickaël Jaffard et Gisèle Causse, sa mère, possèdent 400 brebis BMC, une centaine d’agnelles et huit béliers.

860 hectares de parcours
Un cheptel qui se plaît particulièrement sur l’exploitation qui compte près de 900 hectares de terrain. « Si certaines parcelles sont labourées ou fauchées, la plupart sont recouvertes de landes, explique le jeune agriculteur. En tout, sur l’exploitation, on compte 860 hectares de parcours. »
Une configuration toute particulière qui a permis au jeune homme de mener son projet à bien et d’arriver à être autonome en fourrages. « Afin de valoriser au mieux ces parcelles de parcours, on met les brebis à l’herbe le plus possible, continue l’agriculteur. On laisse les brebis dehors quand elles ne sont pas en période d’agnelage. Pour résumer, elles sont dans les parcelles, en journée, d’avril à la fin du mois de février, sauf bien sûr s’il y a du mauvais temps, de la pluie ou de la neige. » Un mode de fonctionnement qui permet aux agriculteurs de faire pâturer leurs brebis quasiment 250 jours par an et presque 300 pour les agnelles.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1504, du 4 avril 2019, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui