Le Réveil Lozère 12 juin 2019 à 09h00 | Par Marie Varnieu

Romain Bardet, un homme nature ambassadeur de son territoire

L'enfant du pays était de retour en mai dernier en pays brivadois. L'occasion de reconnaître la fin de l'étape entre Saint-Étienne et Brioude.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Marie Varnieu

Qui rêver de mieux qu'un champion cycliste prophète en son pays pour faire la promo de son territoire ? Face aux journalistes et photographes de la presse nationale qui l'ont suivi le mois dernier, Romain Bardet s'est mué en VRP de luxe : « Brioude, c'est une ville dans un cadre exceptionnel, avec une très bonne qualité de vie. On est seulement à quelques encablures de la chaîne des Puys ou de la plaine de Limagne, ce qui est central pour pratiquer des sports nature. Un peu plus loin, il y a de superbes promenades à faire du côté du Cézallier. C'est un territoire vraiment préservé ; rien de tel que d'aller aux champignons ou à la pêche sur l'Allier ! » « Le VC brivadois, je lui dois tout » Le décor des derniers kilomètres de l'étape du Tour de France entre Saint-Etienne et Brioude est donc planté. Mais lundi 9 mai, pas question d'aller à la chasse aux champignons ou aux poissons. Les journalistes avaient surtout fait le déplacement pour aller à la chasse aux informations sur l'itinéraire de cet enfant doué.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1514, du 13 juin 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui