Le Réveil Lozère 21 mars 2018 à 09h00 | Par Sophie Chatenet

« Rien ne justifie des prix bas en ferme »

 Les éleveurs allaitants du grand Massif central, réunis lundi à Clermont-Ferrand, appellent les éleveurs à faire preuve de vigilance face à toutes les tentatives de blocage du processus de répartition de la valeur, constatées au sein même de la filière.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
De gauche à droite : Michel Joly, éleveur en Saône-et-Loire, Frédéric Blanchonnet, éleveur dans l’Allier, Pascal Lerousseau, éleveur en Creuse et Patrick Bénézit, éleveur dans le Cantal.
De gauche à droite : Michel Joly, éleveur en Saône-et-Loire, Frédéric Blanchonnet, éleveur dans l’Allier, Pascal Lerousseau, éleveur en Creuse et Patrick Bénézit, éleveur dans le Cantal. - © Sophie Chatenet

Lieu de rassemblement collectif des éleveurs allaitants du grand Massif central, le Berceau des races à viande s’est réuni, lundi dernier. Coordonnateur du berceau depuis 2016, Pascal Lerousseau a souhaité céder sa place. Dans ce rôle de chef d’orchestre du lobbying allaitant, c’est Christian Bajard, éleveur à Saint-Symphorien-des-Bois en Saône-et-Loire qui va lui succéder. Future Pac, suite des États généraux, export… les sujets ne manquent pas. Et sur le terrain, force est de constater que « certains opérateurs soufflent le froid et le chaud pour mieux duper les éleveurs », estime Christian Arvis, éleveur en Creuse, secrétaire général de la FDSEA. Un sentiment unanimement partagé. « Le nombre de vaches abattues est stable. La consommation se maintient. Il n’y a rien qui justifie la baisse de 50 centimes sur les vaches allaitantes », a témoigné Bruno Dufayet, éleveur dans le Cantal et président de la FNB.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1452, du 22 mars 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Pour une agriculture durable, des agriculteurs qui vivent décemment de leur métier, des Français qui mangent de la qualité et au juste prix, je suis dès aujourd’hui au travail.

a déclaré sur Twitter, quelques minutes après l’annonce de sa nomination Didier Guillaume, nouveau ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui