Le Réveil Lozère 23 novembre 2015 à 08h00 | Par Réussir

« Revaloriser la production française », demande le président de Légumes de France

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Clôturant le congrès de Légumes de France, le 20 novembre, son président Jacques Rouchaussé a déploré le manque de valorisation des légumes français, estimant que « la seule faute en incombe à la distribution […] qui a choisi de faire des produits frais des produits d'appel dont le prix à la vente est fixé arbitrairement toujours plus bas ». Malgré le manque d'engagement des différents acteurs (grande distribution, restauration collective) et « à défaut de pouvoir s'appuyer sur une volonté politique solide », Jacques Rouchaussé invite la profession à se prendre en main, grâce à la communication (logo Fruits et légumes de France) et la mise en place d'une nouvelle contractualisation, qui prendrait en compte les spécificités des produits frais (caractère périssable). Le président de la FNSEA, Xavier Beulin, l'a soutenu dans ses propos, plaidant pour le respect de l'équité à l'intérieur des filières. Les deux hommes ont rappelé leurs engagements au services des agriculteurs, auprès des pouvoirs publics et ont demandé au ministre, « une nouvelle fois absent » de les « entendre » et « pas seulement de (les) écouter ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui