Le Réveil Lozère 21 février 2018 à 11h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Retour sur un discours qui présente les grandes lignes agricoles de l’État

Alors que l’actualité agricole et politique nationale est riche en ce début d’année, Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture revient sur les vœux d’Emmanuel Macron à la profession et leurs déclinaisons sur le territoire lozérien.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère.
Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère. - © Le Réveil Lozère

Pour ses vœux au monde agricole, le 25 janvier dernier, Emmanuel Macron a choisi le Massif central, quelle signification cela a pour vous ?

Tout d’abord, que le président de la république ai choisi de présenter des vœux au monde agricole est un bon message adressé à la population. Ces derniers mois, les États généraux de l’alimentation ont attiré l’attention du grand public sur le monde agricole et c’est une bonne chose car, il faut le rappeler, ces états généraux ne concernaient pas seulement les agriculteurs mais bien toute la population. La charte qui a été signée au terme des négociations est un bon pas, mais la loi qui en découlera devrait faire en sorte de ramener plus de valeur ajoutée jusqu’à l’agriculteur. C’est donc une bonne chose que le président ai choisi de présenter ses vœux à la profession et c’est encore mieux pour la Lozère qu’il l’ai fait dans le Massif central. Il montre ainsi qu’il reconnaît la typicité des zones de montagne.

Suite de l'interview à lire dans le Réveil Lozère n°1448, du 22 février 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.