Le Réveil Lozère 25 juillet 2018 à 11h00 | Par Aurélie Pasquelin

Retour aux sources pour la Fête des pâturages

Cette année, l’association Paroles gabales organise la vingtième édition de la Fête des pâturages. Pour marquer le coup, ses membres ont décidé de revenir sur les terres de la Margeride.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
L’association Paroles gabales s’affaire pour organiser la vingtième édition de la Fête des pâturages.
L’association Paroles gabales s’affaire pour organiser la vingtième édition de la Fête des pâturages. - © Aurélie Pasquelin

En 1999, sur la place de Châteauneuf-de-Randon, se tenait la première Fête des pâturages. « Nous voulions, avec Dominique Ressouche et Élie Lhermet, organiser une fête sur la Margeride, raconte Jean-Claude Mayrand, président de l’association Paroles gabales. Au début nous n’étions pas nombreux, je me souviens même avair fait une réunion en tête à tête, juste moi et Élie. » Aujourd’hui, les choses ne sont plus ainsi. Fort du succès des premières éditions, la Fête des pâturages s’est développée et attire chaque année des milliers de visiteurs. Les lieux aussi ont changé, puisque la fête ne se cantonne plus seulement à la Margeride. Pourtant, cette année, pour la vingtième édition de la fête, les organisateurs ont choisi de revenir sur ces terres qui ont vu naître l’idée.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1470, du 26 juillet 2018, en page 4.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.