Le Réveil Lozère 24 septembre 2014 à 08h00 | Par L'Union du Cantal

Rentrée offensive des chasseurs

La fédération nationale des chasseurs annonce des positions communes avec l’élevage sur la question du droit de l’animal.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © S. Leitenberger

La fédération nationale des chasseurs (FNC) a demandé audience au ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, afin de s’assurer de la prise en compte des intérêts de la chasse lors de l’application de la loi d’avenir agricole, a indiqué Bernard Baudin, le président de la FNC lors de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée. Les chasseurs veulent que leur intense travail de lobbying sur cette loi permette à la chasse d’en ressortir confortée, notamment en matière de gouvernance des instances qui la concerne. Le président de la FNC s’est notamment félicité de la représentation des fédérations de chasseurs au sein des Safer, des commissions départementales de la préservation des espaces naturels, agricoles et forestiers, des commissions régionales de la forêt et du bois et de l’Office national des forêts (ONF). Bernard Baudin a en revanche déploré que la loi donne la priorité à la régénération des peuplements forestiers sur la conservation de la faune sauvage, qu’il considère comme une menace pour les populations de cerfs et de chevreuils. Il a également évoqué le projet de loi sur la biodiversité, jugé comme une opportunité pour les chasseurs, « pour la reconquête de nouveaux territoires ». Le dossier sensible concerne la création de l’agence française de la biodiversité et son éventuelle OPA sur l’office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS). Ce dernier, largement financé par la redevance (à hauteur de 50 millions d’euros) « perdrait de son efficacité, s’il était dilué dans une superstructure au final assez éloignée des choses de la chasse ». La FNC s’est également inquiétée de la discussion d’un article du projet de loi consistant à élargir les sanctions du Code pénal, sur les mauvais traitements aux animaux à l’ensemble de la faune sauvage ; une disposition jugée « inacceptable » par Bernard Baudin. La revendication d’un véritable droit de l’animal constitue selon le président de la FNC une menace ; « son objectif étant une société sans viande, sans animaux de compagnie et sans chasse ». La FNC a indiqué réfléchir à une stratégie de reconquête de l’opinion publique sur ce sujet et avoir établi des contacts suivis et réguliers avec tous les acteurs de la filière animale.

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 25 septembre 2014.

Permis de chasser

La demande d’inscription à l’examen du permis de chasserest à déposer à la fédération départementale des chasseurs de la Lozère : 56 route du Chapitre, BP 86, 48003 Mende Cedex, tél. 04 66 65 75 85 ; www.chasseurdelozere.com.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui