Le Réveil Lozère 28 août 2013 à 10h08 | Par Marie-Pascale Vincent

Rencontre - Les chiens de troupeaux, une histoire de passion

Catherine Fayet est présidente de l’association de chiens de troupeaux en Lozère depuis 1998. Si elle a troqué son statut d’agricultrice contre celui d’enseignante, sa passion pour les chiens ne l’a jamais quittée.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Catherine Fayet est présidente de l’association de chiens de troupeaux en Lozère.
Catherine Fayet est présidente de l’association de chiens de troupeaux en Lozère. - © Marie-Pascale Vincent

Professeur pour l’enseignement agricole depuis quelques années, Catherine Fayet continue à dresser les six border que comptent le Gaec familiale de Varazoux, sur la commune de Saint-Étienne-du-Valdonnez. « Il est préférable qu’une seule personne s’occupe du dressage d’un chien, même si par la suite il peut travailler avec les trois associés du gaec, mon mari et mon beau-frère, Damien Grili qui m’a remplacé. Avec cinquante vaches allaitantes, cinq cents brebis laitière pour le compte de Roquefort que compte l’exploitation, j’ai choisi de spécialiser les chiens. Certains travaillent avec les vaches, d’autres avec les brebis. Les qualités nécessaires ne sont pas les mêmes dans les deux cas. Pour les vaches allaitantes, j’exige davantage de mordant, une qualité rédhibitoire en ce qui concerne les brebis laitières. »

À lire dans le Réveil Lozère n°1222 du 29 août 2013, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« N’en déplaise aux industriels laitiers européens, nous ne manquerons pas de dénoncer les éventuelles entorses à la règle que nous pourrions constater dans les magasins et de poursuivre notre combat pour rendre l’étiquetage [de l’origine des viandes et du lait dans les produits transformés, ndlr] obligatoire à long terme ».

Communiqué des Jeunes Agriculteurs, le 19 septembre

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui