Le Réveil Lozère 13 septembre 2017 à 08h00 | Par JA et FDSEA 48

Rencontre de la profession agricole et de la DDT

Une réunion sur le défrichement entre la profession agricole et la DDT a eu lieu le 7 septembre dans les locaux de la DDT. Une rencontre qui a été l'occasion de défendre les intérêts des agriculteurs lozériens.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Le Réveil Lozère

Suite aux années de déprises agricoles d'après-guerre, notre département a vu sa surface agricole utile diminuer passant de 5 % de surface boisée en 1930 à 45 % aujourd'hui.

« Les contraintes de défrichement et les lourdes compensations que demande l'administration sont un réel problème pour le développement de l'agriculture, nous voulons du changement » commente Daniel Molines, membre du bureau de la FDSEA.

Pour aborder ce problème, une réunion s'est déroulée jeudi 7 septembre dans les locaux de la DDT. La FDSEA, les JA, la chambre d'agriculture, l'Astaf (association syndicale autorisée de travaux d'amélioration foncière) et la Safer y ont pris part.

L'objectif de cette rencontre était de trouver une entente avec l'administration afin de simplifier les modalités de défrichements en Lozère. Aujourd'hui les autorisations se font au cas par cas, bien que le préfet de Lozère ait affirmé, lors de la fête de la Terre, qu'il était favorable « à ce que l'on puisse défricher sans compensation les zones de végétation spontanée précédemment exploitées ». L'administration considère la plupart des zones occupées par de la végétation spontanée (résineux, ronces...) comme des zones forestières non défrichables. Les politiques des départements voisins montrent plus de flexibilité dans les règles de défrichements. La compensation d'un hectare de zone considérée comme forestière est de l'ordre de 4 000 EUR par hectare en Lozère contre 1 000 EUR par hectare en Haute-Loire. La volonté de la FDSEA est de négocier une compensation équivalente au département voisin.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1425, du 14 septembre 2017, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui