Le Réveil Lozère 26 février 2020 à 10h00 | Par Sébastien Duperay

Relocaliser, une stratégie gagnante

La relocalisation des productions agricoles et alimentaires est en marche. On assiste aujourd’hui à un véritable mouvement de fond.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« Bon, sain, solidaire » : le slogan de la marque Alt.1886 est en accord avec les attentes des consommateurs.
« Bon, sain, solidaire » : le slogan de la marque Alt.1886 est en accord avec les attentes des consommateurs. - © DR

« La question de l’ancrage territorial des productions agricoles et alimentaires est ancienne. Ce qui est nouveau, c’est que l’on cherche aujourd’hui à relocaliser pour assurer un approvisionnement local », explique Laurent Trognon, enseignant-chercheur en sciences de gestion à AgroParisTech. Ce dernier a collaboré au projet de recherche sur les systèmes alimentaires du milieu, dits Syam, coordonné par la chambre d’agriculture Auvergne-Rhône-Alpes et l’Isara (école d’ingénieurs en agriculture). Pour lui, les premières démarches remontent aux travaux réalisés par des chercheurs de l’Inra et de l’Inao, entre autres, « sur les notions de terroir et de typicité, afin de défendre les indications géographiques ». « Pendant très longtemps, la relocalisation a été l’apanage des signes de qualité », poursuit Laurent Joyet, en charge des filières alimentaires de proximité et territorialisées à la chambre d’agriculture Aura et référent Syam. Vers le début des années 2000, on a vu se développer les productions bio et la vente de produits locaux en circuits courts. Et depuis les années 2010, « la relocalisation de la production agricole et alimentaire explose, à la faveur des collectivités locales et du marketing territorial, la marque territoriale alimentaire étant considérée comme un levier de dynamique économique dans les territoires », explique le chargé de mission. La marque de la Région Aura, « La Région du goût », en témoigne : « elle est sollicitée par des distributeurs comme Carrefour, Auchan et Casino, qui, pendant de nombreuses années avaient concentré à l’excès leur approvisionnement et qui, aujourd’hui, cherchent à retrouver un approvisionnement local ».

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1549, du 27 février 2020, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Dans le cadre de son enquête, mise en œuvre principalement dans les magasins de la grande distribution, la DGCCRF a réalisé 5 387 contrôles dans 4 871 établissements, dont 605 étaient en anomalie sur l’encadrement des promotions.

indique la DGCCRF dans le bilan 2019 publié le 28 juillet. La majorité de ces anomalies concernaient une annonce de taux de réductions supérieur à 34 %.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui