Le Réveil Lozère 11 mars 2020 à 13h00 | Par LM

Réforme des retraites : du nouveau pour les agriculteurs après le 49.3

Durée de transition, retraite progressive, conjoint collaborateur... Le projet de réforme adopté par les députés via le 49.3 contient des changements pour les agriculteurs, mais ne satisfait pas les syndicats.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume Perrin

Le projet de loi ordinaire sur la réforme des retraites (nº 2623) a été adopté en première lecture à l'Assemblée nationale dans la nuit du 3 au 4 mars, après le rejet de deux motions de censure. En invoquant l'article 49.3 de la Constitution, le gouvernement a mis fin aux débats dans l'hémicycle pour faire passer son texte « en intégralité » auprès des députés.
Un texte « amélioré et enrichi grâce au travail parlementaire », assurait le Premier ministre Édouard Philippe le 29 février devant l'Assemblée.
La dernière mouture du projet de loi comporte plusieurs modifications concernant les agriculteurs. Tout d'abord, la transition du système actuel vers le système universel qui commencera en 2025 durera non pas quinze, mais vingt ans. Dans le cadre de la retraite progressive, ceux qui auront rempli la condition de durée d'assurance pour toucher une retraite minimale pourront partir à 60 ans au lieu de 62 ans.

 

Article à lire dans le Réveil Lozère n°1551, du 12 mars 2020, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

« Cet accord UE-Mercosur, qui vise essentiellement à exporter des voitures européennes pour importer plus de viande sud-américaine, doit être stoppé. »

Estime le collectif Stop-Ceta. La FNSEA, les JA et la FNB ont réclamé le 18 septembre l’abandon de l’accord commercial entre l’Union européenne et la zone du Mercosur.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui