Le Réveil Lozère 30 octobre 2019 à 09h00 | Par YG

Réforme de la Pac : l’inattendu projet de France stratégie

C’est un projet de réforme de la Pac pour le moins surprenant qu’a rendu France stratégie le 23 octobre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Véronique Gruber

L’avenir de la Pac pourrait-il être en train de s’écrire dans les bureaux modernes et impersonnels de France stratégie, plutôt que sous les ors de la Rue de Varenne ? Rien n’est moins sûr, mais comment l’exclure ? Placé sous l’autorité de Matignon, cet organisme de réflexion public a présenté le 23 octobre ses propositions pour « faire de la Pac un levier de la transition agroécologique ». Son rapport dessine une Pac simplifiée, articulée autour de deux propositions phares : une distribution des aides du premier pilier par « unité de travail agricole », et non plus à l’hectare comme aujourd’hui et un système de bonus-malus visant à « encourager les bonnes pratiques agricoles ». Des propositions à l’impact encore incertain, mais qui feront probablement rebondir le débat.
Car passer d’un paiement à la surface à un paiement à l’actif constituerait une petite révolution dans l’histoire de la Pac. L’objectif ? « Assurer à tous les agriculteurs un paiement minimal, déconnecté du niveau de la production agricole, afin de résister au mieux aux crises et à la volatilité des prix », écrit France stratégie dans son rapport. Il s’agit aussi de « favoriser les pratiques agroécologiques », qui « peuvent induire une charge de travail supérieure », tout en soutenant « les exploitations riches en emploi ». Concrètement, France stratégie veut revoir la clé de répartition de l’ensemble des aides du premier pilier actuel (DPB et paiement vert). Ce nouveau paiement pourrait atteindre en moyenne 8 000 € pour chacun des 711 000 exploitants et salariés de la ferme France. Un niveau qui se base, comme tout le rapport, sur l’hypothèse d’un budget de la Pac constant. Seule condition pour bénéficier de ce paiement à l’actif : respecter « les pratiques environnementales aujourd’hui en vigueur dans le cadre du paiement vert ».

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1532, du 31 octobre 2019, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Cet accord leur apporte une meilleure protection et une meilleure valorisation sur le marché chinois. Il contribue à promouvoir le modèle de développement rural associant terroir, producteurs et consommateurs qu’incarnent les indications géographiques. Il apporte un gage supplémentaire de qualité pour les faire apprécier des consommateurs chinois et réciproquement.

indique Didier Guillaume dans un communiqué du 6 novembre.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui