Le Réveil Lozère 17 septembre 2014 à 08h00 | Par Actuagri

Réduire les effets négatifs de la saisonnalité

Si la saisonnalité est une réalité bien connue des métiers agricoles et agroalimentaires, ses enjeux sont parfois sous-estimés. Le Cese s’est penché sur la question à travers une approche globale inédite prenant en compte les besoins des exploitants agricoles, ceux des saisonniers mais aussi l’influence des consommateurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer

Alors que les exploitants peinent parfois à trouver de la main-d’œuvre saisonnière en France, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a présenté le 9 septembre un projet qui évoque différents leviers pouvant favoriser la stabilité des activités sur lesquelles reposent beaucoup de filières. Première raison qui accentue la saisonnalité de l’emploi : la fragilité des entreprises concernées ; en effet, certaines ne réalisent l’essentiel de leur chiffre d’affaires que sur des périodes très courtes. Dans l’horticulture par exemple, 70 % des recettes ont lieu entre avril et mai, ce qui rend la filière extrêmement dépendante de la météo. Pour sécuriser l’activité économique, deux solutions possibles : étendre les périodes de commercialisation ou élargir les périodes de production en diversifiant les espèces ou les variétés cultivées. Une offre bancaire spécifique, aujourd’hui inexistante, pourrait également redonner une marge de manœuvre à ces entreprises dont l’activité fluctue en fonction des saisons.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 18 septembre 2014.

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Les Marchés de gros de France subissent une diminution de plus de 50 % de leur activité pour une majorité d’entre eux.

depuis le début des manifestations des « Gilets jaunes », indique dans un communiqué vendredi 7 septembre la fédération des marchés de gros de France (FMGF).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui