Le Réveil Lozère 05 janvier 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Quelques rappels sur la paratuberculose bovine

C’est une entérite infectieuse chronique des ruminants conduisant à une diarrhée chronique, une diminution de la production de lait, un amaigrissement sévère et rapide malgré un appétit conservé. Cette maladie est mortelle.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les bovins atteints de paratuberculose sont sans valeur bouchère.
Les bovins atteints de paratuberculose sont sans valeur bouchère. - © École nationale vétérinaire

La paratuberculose est une maladie bactérienne contagieuse chronique de l’intestin qui touche principalement les ovins, les bovins, les caprins et d’autres espèces de ruminants. Cette maladie a également été observée chez des chevaux, des porcs, des cervidés, des alpacas, des lamas, des lapins, des hermines, des renards et des belettes. La paratuberculose se caractérise par une cachexie d’évolution lente et par une diarrhée qui devient de plus en plus sévère.
Symptômes et lésions chez les bovins
La paratuberculose est une maladie due à une bactérie touchant le système digestif : mycobacterium paratuberculosis ou bacille de Johne. La croissance de cette bactérie est très lente, il faut huit à douze semaines pour mettre en évidence des colonies sur une culture. Une autre caractéristique de cet agent pathogène est sa résistance très élevée en milieu extérieur surtout quand le terrain est acide et humide. Si la bactérie ne survit que sept jours dans les urines, elle reste vivante dans les bouses jusqu’à 330 jours. Le bacille paratuberculeux est sensible à de nombreux désinfectants, du type crésyl ou sulfate de cuivre. Il est également sensible aux rayons UV, au dessèchement, ainsi qu’à la chaleur. Trois symptômes sont caractéristiques chez un bovin infecté lorsqu’il déclare la maladie. Premièrement, une diarrhée d’abord intermittente puis constante d’aspect aqueux. Deuxièmement, un amaigrissement inexorable allant jusqu’à la cachexie pour finir inéluctablement avec la mort du bovin. Enfin, les bovins présentant des signes cliniques sont âgés de deux à cinq ans. Un des facteurs déclenchant la maladie est le premier ou le deuxième vélâge chez les femelles. Notez que l’animal conserve son appétit. Par ailleurs, il n’est pas rare de voir des bovins âgés de dix ans présenter les signes cliniques de la paratuberculose. Des lésions visibles à l’œil nu peuvent être observées après la mort des bovins atteints au niveau des intestins. Ce sont essentiellement des parois intestinales épaisses et décolorées, de couleur blanchâtre. La muqueuse intestinale présente aussi des plis transversaux.

La suite dans le Réveil Lozère, page 10, édition du 7 janvier 2016, numéro 1341.

A retenir
Cette maladie « s’achète » dans la majorité des cas. Bien se renseigner sur le statut du cheptel d’origine : une garantie de cheptel paratuberculose existe. Réaliser un test de dépistage de la paratuberculose à l’achat sur les bovins de plus de 18 mois. Signer un billet de garantie conventionnelle. Pour tous renseignements sur la gestion des analyses, le suivi des cheptels en assainissement… N’hésitez pas à prendre contact avec le GDS de la Lozère au 04 66 49 01 56, par mail à gds.lozere@wanadoo.fr.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

10 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

La science, ce n’est pas des barbons ennuyeux qui vous écrivent des équations : c’est la vie.

André Brahic (1942-2016)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui