Le Réveil Lozère 19 septembre 2018 à 12h00 | Par LE REVEIL LOZERE

Quelques perles dans la Truyère

Entre Chaliers et Val d’Arcomie, dans le Cantal, la Truyère renferme des moules perlières, une espèce protégée, mais en voie de disparition.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Céline Talon et Anthony Caprio, qui a déjà travaillé sur le sujet en Haute-Loire, ont à leur menu les moules perlières de la Truyère.
Céline Talon et Anthony Caprio, qui a déjà travaillé sur le sujet en Haute-Loire, ont à leur menu les moules perlières de la Truyère. - © Christian Fournier

Le 3 juillet, un comité de pilotage décide du lancement de l’opération de protection des moules perlières de la Truyère. La candidature de Saint-Flour communauté est retenue le même jour en tant que structure porteuse en charge de l’élaboration d’un document d’objectifs du site Natura 2000 qui démarrera en 2019, financé par l’État et l’Europe. « En Europe, les moules perlières d’eau douce ne se reproduisent quasiment plus, sauf dans certains cours d’eau du Massif central, notamment la Truyère. D’où un fort enjeu de conservation au plan européen. L’espèce, menacée, est logiquement protégée » expliquent Anthony Caprio, chargé de mission Natura 2000 de Saint-Flour communauté, et Céline Talon, responsable du service environnement, désormais en charge du dossier.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1476, du 20 septembre 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui