Le Réveil Lozère 23 mai 2018 à 09h00 | Par Nancy Sagnet

Quelques dispositions relatives au transport d’animaux

Depuis de nombreuses années, les transports d’animaux se sont développés. Pour garantir des conditions de transports optimales, des normes ont été élaborées.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © François d’Alteroche

Chaque année, de nombreux animaux (bovins, ovins et caprins) sont transportés vers d’autres élevages, l’abattoir, des marchés aux bestiaux, ou vers des estives durant la période estivale. Le transport d’animaux est une étape délicate dans la vie des animaux de ferme. C’est pourquoi des normes européennes pour tous les véhicules transportant des animaux ont été élaborées afin de garantir des conditions de transport optimales. La durée de transport débute avec le chargement du premier animal et se termine avec le déchargement de l’animal. La réglementation européenne définie alors quatre catégories de transport tels que les transports de moins de 50 km, de plus de 50 km et de moins de 65 km, le transport de courte durée et de longue durée. Les deux dernières catégories sont détaillées dans l’encadré ci-dessous et exigent des normes supplémentaires. Des normes de base s’appliquent à tous les véhicules qui transportent des animaux vivants quelle que soit la durée du transport. Dans la région, les agriculteurs effectuent majoritairement des trajets de moins de 65 km. Pour cela, les opérateurs doivent répondre à des normes obligatoires relatives à la conception des véhicules.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1461, du 24 mai 2018, en page 10.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le grand plan d’investissement français, prévoyant 5 milliards d’euros pour l’agriculture, va servir à financer de l’irrigation contrôlée dans les régions où il n’y en a pas.

a déclaré Stéphane Travert le 6 août à l’AFP.