Le Réveil Lozère 30 mai 2018 à 15h00 | Par Réussir

Quelle place pour un « VU » dans la comptabilité ?

Point sur les exonérations et amortissements possibles avec un fiscaliste.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Un véhicule utilitaire est considéré comme un outil de travail et entre donc dans la comptabilité de l’exploitation.
Un véhicule utilitaire est considéré comme un outil de travail et entre donc dans la comptabilité de l’exploitation. - © DR

Un véhicule utilitaire (VU) est conçu pour transporter des marchandises. Il est considéré comme un outil de travail et entre donc dans la comptabilité de l’exploitation. À son achat, la TVA peut être récupérée. « Pour cela, il faut que le véhicule soit dédié à l’activité professionnelle et que le nombre de places figurant sur la carte grise soit de trois au plus, précise Kévin Chevillon, fiscaliste au CER France-Brocéliande. À défaut, la TVA ne pourra pas être récupérée. »
S’il répond à ces conditions, le véhicule sera amortissable dans le bilan, en totalité, sans aucune limite de montant. La durée d’usage pour cet amortissement est de cinq à sept ans. « Si on est amené à effectuer une grosse réparation sur le véhicule, comme un changement de moteur, la charge ne sera pas déductible immédiatement mais inscrite à l’actif et amortie », poursuit Kévin Chevillon. De même, si à l’achat du véhicule, vous faites réaliser des travaux d’aménagement (installation d’une caisse frigo, de rangements spécifiques), ils seront pris en compte dans la valeur à amortir. La location des batteries d’un véhicule électrique entrera aussi dans les charges.

Suite de l'article à lire dans le dossier "Véhicules utilitaires et manutention" du Réveil Lozère n°1462, du 31 mai 2018, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous serons dans la rue très prochainement pour dire non au matraquage des agriculteurs et pour que le gouvernement tienne ses promesses.

sur la loi Égalim, a alerté Christiane Lambert, présidente de la FNSEA le 3 décembre. Invitée sur France Info, elle a exprimé le ras-le-bol des agriculteurs face à l’agribashing.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui