Le Réveil Lozère 12 septembre 2018 à 15h00 | Par Sophie Chatenet

Que mangeront demain nos ruminants… Une question planétaire

Cinq cents chercheurs et enseignants du monde entier étaient réunis, la semaine dernière, à Clermont-Ferrand, dans le cadre d’un symposium sur la nutrition des herbivores.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Protéger les animaux de la chaleur, comment les nourrir et les abreuver : un enjeu partagé à l’échelle mondiale.
Protéger les animaux de la chaleur, comment les nourrir et les abreuver : un enjeu partagé à l’échelle mondiale. - © SC

Vingt-trois ans après, le colloque international sur la nutrition animale est revenu en terres auvergnates. Organisé sous la houlette des équipes de l’Inra de Theix, ce rendez-vous, qui se tient tous les quatre ans sur l’un des cinq continents, est l’occasion de recenser les problématiques liées à la nutrition des ruminants. Directrice de recherche au Canada, Karen Beauchemin était déjà présente en 1995, à Clermont-Ferrand. À l’époque, la thématique de la nutrition des herbivores était fortement corrélée à l’impératif de productivité. « Aujourd’hui, les préoccupations environnementales ont pris le pas sur ces questions », témoigne la canadienne. Comment produire mieux ? Comment conjuguer approche agroécologique et productions animales ? Autant de questions qui se posent à l’échelle planétaire et auxquelles tentent de répondre les chercheurs.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1475, du 13 septembre 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui