Le Réveil Lozère 14 février 2018 à 11h00 | Par Laurence Durand, Paysan du Midi

Quand votre urine devient engrais

Lors de votre prochain passage dans un édicule, vous n’aurez peut-être plus la même vision de votre petite commission, grâce à la Scop montpelliéraine Ecosec. Cette dernière a mené des recherches avec le centre Irstea de Montpellier sur la valorisation agronomique de l’urine humaine en tant que fertilisant.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Toute l’équipe de la jeune Scop montpelliéraine, créée il y a trois ans.
Toute l’équipe de la jeune Scop montpelliéraine, créée il y a trois ans. - © Ecosec

Ecosec est partie du constat simple que le prix des engrais, particulièrement celui du phosphate, allait exploser dans les prochaines années et que l’urine, actuellement considérée comme un déchet, contient pourtant la majorité des nutriments rejetés par notre corps, à savoir respectivement 90, 65 et 75 % pour l’azote, le phosphore et le potassium. Benjamin Clouet est l’un des fondateurs d’Ecosec : « L’urine est un liquide stérile, contenant tous les nutriments essentiels à la croissance des plantes. Son potentiel fertilisant a été montré à maintes reprises, c’est un engrais naturel utilisé depuis la nuit des temps. Sa valeur agronomique conséquente en fait un parfait engrais disponible en abondance. Chaque année, un adulte produit assez d’urine pour fertiliser la production de céréales qu’il consomme en un an. Malgré cela, les urines continuent d’être évacuées dans les eaux usées et elles représentent 50 % de leur coût de traitement. Les nutriments et la matière organique issus de nos rejets sont une source de pollution pour les milieux aquatiques. Ils sont, en revanche, très bénéfiques pour les sols et les plantes, lorsqu’ils sont valorisés hygiéniquement. On s’attend à une crise du phosphate avec un pic en 2030. Toute l’agriculture française sera à genoux, car on importe 100 % de nos engrais en France et il n’y a pas assez de matière organique disponible aujourd’hui. »

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1447, du 15 février 2018, en page 8.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Nous craignons un risque d’affaiblissement du titre I et d’alourdissement du titre II et un report dans la mise en œuvre de la loi Égalim, qui ne serait pas opérationnelle pour les prochaines négociations commerciales.

indique Jérémy Decerle, président des JA.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui