Le Réveil Lozère 08 novembre 2016 à 08h00 | Par Delphine Péronnet

« Quand les vaches partent, c'est un peu un crève-coeur »

Installé à Verruyes dans les Deux-Sèvres, Sébastien Rossard élève avec passion ses Parthenaises. Son métier est chronophage mais l'agriculteur se réveille tous les matins en ayant envie de le faire.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Dephine Péronnet

Faucille, la Parthenaise a su séduire Victorien. Quatre bougies soufflées et déjà une vache comme animal de compagnie. L'histoire se répète donc chez les Rossard. Car Victorien « qui sera agriculteur s'il le décide », précise son père Sébastien met déjà les pas dans ceux de son père, comme ce dernier a fait avec le sien. « L'amour des animaux, l'amour du grand air » ont placé Sébastien sur la voie de l'élevage dès son plus jeune âge. Et le trentenaire à la tête du Gaec Rossard à Verruyes d'ajouter : « J'ai toujours vécu avec des vaches, le métier m'est apparu comme une évidence. » Car si l'atavisme semble caractériser ces trois générations d'agriculteurs dont les maisons se partagent un coin de verdure à Marcilly, Sébastien a fait un choix personnel.
Son père, aujourd'hui son associé, lui a transmis la passion du métier mais ne lui a rien imposé. « De toute façon, pour travailler 70 heures par semaine, un week-end sur deux et ne prendre que 15 jours de vacances par an, il faut aimer ça », déclare-t-il. Peut-être le prix de la liberté à payer pour chaque matin, se lever avec envie. Un pari gagné pour celui qui rêvait de s'installer. Et aujourd'hui, ses rêves ? « Réussir à vivre de ce métier jusqu'au bout et emmener ma famille en Australie », répond-il. Sébastien aimerait découvrir la côte ouest. « Je connais la côte est car je suis parti deux mois en 2002 pour découvrir le métier tel qu'ils le pratiquent là-bas. C'est important d'aller à la rencontre des autres, d'appréhender d'autres façons de travailler. Cela permet de se remettre en cause. » En Australie, Sébastien a découvert l'immensité des fermes, la productivité avant tout, des agriculteurs plus sereins qu'en France. Un modèle qui ne l'a pas laissé indifférent, même si aujourd'hui l'éleveur a opté pour une manière radicalement différente, celle de l'observation et du temps passé auprès des animaux. Toutes ces heures passées auprès des vaches, surtout celles à concours, créent un lien entre l'animal et l'éleveur. « Quand elles partent, c'est un peu un crève-coeur ». Car si faire naître s'avère être la pierre angulaire de ce métier, la destination finale reste bien l'assiette du consommateur. « Je sais que c'est pour produire une viande de qualité et ça, c'est important. »

La suite dans le Réveil Lozère, page 9, édition du 10 novembre 2016, numéro 1383.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Alors que la Commission a annoncé la conclusion d’un accord sur le « panel hormones », la FNB attend une position extrêmement ferme de la France.

indique Bruno Dufayet, président de la FNB, dans un communiqué du 14 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui