Le Réveil Lozère 29 mai 2019 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Quand les filles entrent en scène

La France accueillera à partir du 7 juin, la coupe du monde de football féminin. Et si les Bleues s’offraient une coupe à la maison…

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © FFF

La France est considérée comme l’une des plus fortes nations de football féminin sur le plan mondial, comme le prouve sa quatrième place au classement Fifa, obtenue en 2019. Malgré un palmarès vierge de titre, la France a participé aux quatre derniers championnats d’Europe et est parvenue à se qualifier à trois coupes du monde (en 2003, 2011, et 2015). À la veille d’un nouveau challenge mondial organisé en France à partir du 7 juin, l’équipe de France sera à nouveau de la partie. La première participation des Bleues au Mondial de foot remonte donc à 2003*. Cette première sélection est le fruit d’une professionnalisation du foot féminin français qui doit beaucoup à un certain Aimé Jacquet. En effet, c’est sous son impulsion que le football féminin de haut niveau est pris en charge par les équipes de Clairefontaine. Les joueuses de l’équipe de France A, mais aussi les jeunes joueuses, profitent désormais de plein droit, au même titre que les garçons, des facilités offertes par les structures de Clairefontaine.

Le parcours des Bleues
Sous la houlette d’Élisabeth Loisel, qui remplace Aimé Mignot après le Championnat d’Europe 1997, les premiers résultats apparaissent encourageants avec comme point d’orgue la première participation à une Coupe du monde Fifa en 2003 après avoir écarté l’Angleterre en match de barrage : les Bleues s’imposent d’abord 1-0 à Londres puis confirment à Geoffroy-Guichard (1-0) devant plus de 23 000 spectateurs.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1512, du 30 mai 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui