Le Réveil Lozère 11 octobre 2017 à 08h00 | Par Cyrielle Delisle

Quand décider et quelles techniques pour rénover ses prairies ?

Quand la productivité et la valeur alimentaire de la prairie deviennent insuffisantes pour les animaux, une rénovation est envisageable.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La dégradation des prairies se traduit le plus souvent par une invasion de graminées de qualité moyenne à médiocre comme l’agrostis, la houlque laineuse et le pâturin commun.
La dégradation des prairies se traduit le plus souvent par une invasion de graminées de qualité moyenne à médiocre comme l’agrostis, la houlque laineuse et le pâturin commun. - © S. Roupnel

Aléas climatiques, pra-tiques trop extensives, manque de rigueur dans la conduite du pâturage sont autant de causes pouvant conduire à la dégradation rapide des prairies. « Avant de prendre la décision de rénover ou d’adapter seulement sa conduite, la réalisation d’un diagnostic floristique des prairies s’impose. Son objectif : déterminer la contribution des espèces les plus représentées, en en évaluant leur abondance dans une dizaine de poignées d’herbe prélevées. Il faut ensuite vérifier également l’importance des vivaces indésirables, telles que les chardons ou les rumex. Enfin, ce tour de prairie doit permettre de comprendre les causes de la dégradation pour envisager une conduite d’amélioration. En effet, si de mauvaises pratiques sont à l’origine de la détérioration de la prairie, la rénovation se révélera inutile si elles ne sont pas corrigées », notent les conseillers de la chambre d’agriculture de Normandie lors des Prairiales organisées à la ferme de la Blanche Maison, à Saint-Lô dans la Manche.

 

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1429, du 12 octobre 2017, en page 12.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui