Le Réveil Lozère 17 janvier 2018 à 08h00 | Par Sophie Chatenet

Quand agroforesterie et élevage ovin font bon ménage

Le programme de recherche Climagrof, mené sur le grand Massif central, vient d’entrer dans sa seconde phase. Les expérimentations de litière bois pour les ovins ont démarré.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le projet repose à la fois sur l’étude de pratiques existantes et sur l’acquisition de références.
Le projet repose à la fois sur l’étude de pratiques existantes et sur l’acquisition de références. - © SC

Démontrer les bénéfices apportés en termes économique, environnemental et territorial grâce au maintien de l’agroforesterie en élevage ovin, telle est l’ambition du programme de recherche, baptisé Climagrof, soutenu par une dizaine de partenaires¹. Les systèmes agroforestiers englobent la haie, les alignements d’arbres, les bosquets... au sein des exploitations agricoles. Il s’agit de paysages de mosaïque et d’une trame agropastorale de qualité qui sont associés à une diversité des systèmes de production ovin allaitant des zones du Massif central, composante essentielle de son développement et de sa richesse, tant économique que culturelle et sociale. Mieux valoriser ces espaces est une piste mise en avant par de nombreux chercheurs pour lutter contre le changement climatique, notamment via la valorisation de la biomasse agroforestière.

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1443, du 18 janvier 2018, en page 5.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes
la phrase de la semaine

En mars 2018, la collecte de lait de vache retrouve le niveau de l’an passé (+0,3 % contre +2,6 % en février). Les conditions hivernales relativement rudes (pluie, neige, froid) ont retardé la pousse de l’herbe et la sortie des vaches au pâturage. En mobilisant plus longtemps les stocks fourragers, la hausse saisonnière de la collecte a été réduite.

a indiqué le 18 mai le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste).

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui