Le Réveil Lozère 01 août 2018 à 10h00 | Par Richard Zizert

Provaches, le tee-shirt fermier

Les tee-shirts fermiers de Provaches, nés en Corrèze ont su s’imposer au fil des années comme le tee-shirt préféré des agriculteurs.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les modèles sont disponibles dans la boutique d’Argentat qui est désormais ouverte à l’année.
Les modèles sont disponibles dans la boutique d’Argentat qui est désormais ouverte à l’année. - © DR

L’histoire fabuleuse des tee-shirts fermiers est née, grâce à Lætitia Bidaud, qui a grandi à la campagne, « j’ai été élevée dans le marais poitevin ». Ses parents étaient maraîchers et éleveurs de chèvres. « Le soir, en rentrant de l’école, je les aidais à soigner les animaux. » Son baccalauréat en poche, la jeune Lætitia poursuit ses études à Paris, dans une école de lettres. Elle travaillera huit années en communication financière dans la capitale française.

À la recherche de son projet personnel
« J’ai alors rencontré un Corrézien à Paris et nous sommes tombés amoureux. Il souhaitait reprendre l’exploitation familiale, à côté d’Argentat ». Lætitia arrive alors en Corrèze, cherchant son projet professionnel personnel. Une arrivée dans un contexte difficile et un métier d’agriculteur qui était dénigré. « Nous étions en pleine crise de la vache folle. Je ressentais que les agriculteurs étaient jugés pour ce qu’ils n’étaient pas ».
Pour amener de la positivité dans ce climat difficile, Lætitia confectionne pour son mari, lors des fêtes de Noël, des tee-shirts originaux ayant un message fort : être fier de ses racines et de son métier d’agriculteur.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1471, du 2 août 2018, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si on applique les critères tels qu’ils sont aujourd’hui, sur les 75, c’est peut-être une bonne trentaine de départements qui pourraient être exclus.

a déclaré Joël Limouzin, vice-président de la FNSEA le 12 novembre, alors que la FNSEA demande la reconnaissance calamité sécheresse pour 75 départements.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui