Le Réveil Lozère 29 novembre 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Prophylaxie : que faut-il connaître ?

La campagne de prophylaxie bovine a commencé le 1er septembre. Elle se terminera le 31 mai 2017.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les bovins de 24 mois et plus sont prélevés tous les ans par le vétérinaire sanitaire.
Les bovins de 24 mois et plus sont prélevés tous les ans par le vétérinaire sanitaire. - © Stéphane Leitenberger

Tout détenteur de bovin allaitant doit effectuer la prophylaxie tous les ans sur des animaux âgés de 24 mois et plus le jour du passage du vétérinaire sanitaire ou à la date de fin de la prophylaxie. Cette prophylaxie consiste pour les cheptels allaitants à faire prélever du sang par le vétérinaire habilité de l’exploitation. Le laboratoire effectue ensuite des recherches : brucellose sur 20 % des animaux dans les cheptels ayant un effectif minimum de dix bovins ; leucose sur 20 % des animaux dans 20 % des cheptels (cheptel dont l’effectif est supérieur ou égal à dix bovins). La recherche de leucose s’effectue tous les cinq ans. Notez que la procédure IBR a été modifiée. Si le cheptel ne contient pas d’animaux positifs ou vaccinés, tous les bovins de 24 mois et plus sont à dépister. Si le cheptel comporte des animaux positifs ou vaccinés, tous les bovins de 12 mois et plus doivent être dépistés. Il y a une dérogation jusqu’au 31 décembre 2017 pour les éleveurs venant d’éliminer les animaux positifs : la prophylaxie est obligatoire pour les plus de 24 mois. Pour les ateliers laitiers sans bovins positifs ou vaccinés, les analyses brucellose, leucose et IBR sont réalisées à partir du lait de tank. Un prélèvement sanguin est lancé en cas de résultat positif. Pour les ateliers laitiers avec des bovins positifs ou vaccinés, les analyses IBR s’effectuent sur sang. Tous les bovins âgés de douze mois et plus doivent être prélevés. Pour les autres maladies, les recherches s’effectuent dans le lait du tank. Peut être envisagée la tuberculination dans certains cheptels : élevage en lien épidémiologique avec d’anciens foyers, élevage ayant eu un résultat atypique sur la campagne précédente, élevage laitier vendant du lait cru.

La suite dans le Réveil Lozère, page 5, édition du 1er décembre 2016, numéro 1386.

Pratique
Pour de plus amples renseignements sur la campagne de prophylaxie (prise en charge, tarifs, etc.), vous pouvez vous rapprocher du GDS de la Lozère au 04 66 49 01 56, par mail à gds.lozere@wanadoo.fr.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Un renforcement des ambitions environnementales et climatiques de la Pac ainsi que du bien-être des animaux devrait aller de pair avec la mise à disposition de fonds appropriés pour leur mise en œuvre.

écrivent les ministres de l’Agriculture français (Didier Guillaume), allemande (Julia Klöckner) et polonais (Jan Krzysztof Ardanowski), dans une déclaration commune.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui