Le Réveil Lozère 24 juillet 2019 à 10h00 | Par Colette Boucher

Profession taxidermiste

« La taxidermie, c’est l’art de redonner l’apparence de la vie aux dépouilles animales ». Voilà comment Jacques Gilbert, taxidermiste en Isère, définit son métier qu’il exerce avec passion depuis trente-cinq ans.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Colette Boucher

Taxidermiste autodidacte, Jacques Gilbert s’est intéressé à la taxidermie dès l’âge de 12 ans. « À cette époque, j’avais fait un petit musée d’histoire naturelle dans le grenier de mes parents », se souvient-il. Il exerce cette activité en tant que professionnel depuis le début des années 1980, après environ dix ans de pratique comme amateur. Parallèlement à l’apprentissage du métier sur le tas, il a rencontré différents taxidermistes et suivi des stages de perfectionnement au SNTF (syndicat national des taxidermistes de France) ainsi qu’à l’étranger, notamment en Allemagne et en Norvège.
« Je me suis installé à mon compte en 1982 : à l’âge de 23 ans, j’ai repris l’atelier d’un collègue qui était décédé dans la Loire. En 1988, je suis parti six mois aux États-Unis, puis trois mois au Canada pour découvrir des techniques plus pointues surtout sur les mammifères », explique Jacques Gilbert. « En 1991, j’ai obtenu le titre de Meilleur ouvrier de France (MOF) en présentant plusieurs espèces (mouton, taureau, poisson et faisans) ». Depuis 1993, il est installé à Salaise-sur-Sanne (Isère) où il a construit son atelier attenant à la maison d’habitation.

 

 

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1520, du 25 juillet 2019, en page 16.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Afin de connaître notamment le niveau d’émission de gaz à effet de serre, chaque exploitation va pouvoir s’engager dans un diagnostic carbone. La chambre d’agriculture de la Lozère, en réflexion avec la Région Occitanie, va proposer cette méthode permettant à la fois de définir le niveau actuel de l’exploitation et d’élaborer un plan de progrès pour engager la transition.

indique Christine Valentin, présidente de la chambre d’agriculture de Lozère, à propos de la mise en place du label Bas carbone.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui