Le Réveil Lozère 22 mars 2016 à 08h00 | Par Sandra Hartmann

Préparez dès maintenant vos plastiques

La collecte départementale des plastiques agricoles approche.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ficelles et filets séparés, obligatoirement en sache Adivalor.
Ficelles et filets séparés, obligatoirement en sache Adivalor. - © Copage

De fin avril à mi-juin, les agriculteurs lozériens seront invités à apporter leurs déchets plastiques sur les 25 points de collecte du département. Pour que le recyclage soit possible, il faut que ces déchets soient préparés en fonction de leur nature et de leur destination. Ils sont recyclés à 100 % et serviront à fabriquer de nouveaux produits : sacs-poubelles, plaques isolantes et raccords pour le bâtiment. Cinq tas de plastique devront être distingués : les bâches d’ensilage seront propres, pliées et roulées (pas en sache) ; les films d’enrubannage seront conditionnés en sache transparente ou en paquet compact ; les big-bags seront mis en fagots de dix, pliés ou roulés, puis ficelés (pas dans un même sac d’engrais) ; les ficelles, propres, obligatoirement en sache transparente Adivalor ; les filets, secoués, obligatoirement en sache transparente Adivalor. Les plastiques mélangés, trop sales et les autres déchets (pneus, ferrailles…) seront refusés. Les dates et lieux de collecte seront communiqués prochainement. Plus d’informations auprès du Copage au 04 66 65 62 00 ou copage-lozere.org.

La suite dans le Réveil Lozère, page 6, édition du 24 mars 2016, numéro 1352.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui