Le Réveil Lozère 04 juillet 2018 à 10h00 | Par Eva DZ

Première fête du Roquefort en 2019

C’était la première assemblée générale de Cécile Arondel Schultz comme secrétaire générale de la confédération générale de Roquefort. Aux côtés de son président, Jérôme Faramond, elle a présenté la feuille de route de l’interprofession. Le contexte tant national, que régional ou encore à l’échelle du bassin de Roquefort, n’est en effet pas sans conséquence. Il y a d’abord les États généraux de l’alimentation, l’écriture d’un plan de filière ovine française et la stratégie locale appelée Moff (menaces, opportunités, forces et faiblesses) sur laquelle les sept fabricants et les producteurs réunis au sein de l’APLBR, ont travaillé cet hiver. « Les trois interprofessions régionales ovines et les « hors interpro » ont défini trois priorités : être en phase avec les attentes sociétales, maintenir le potentiel de production en France et progresser dans la gouvernance de la filière », a résumé Jérôme Faramond. C’était la première assemblée générale de Cécile Arondel Schultz comme secrétaire générale de la confédération générale de Roquefort. Aux côtés de son président, Jérôme Faramond, elle a présenté la feuille de route de l’interprofession. Le contexte tant national, que régional ou encore à l’échelle du bassin de Roquefort, n’est en effet pas sans conséquence. Il y a d’abord les États généraux de l’alimentation, l’écriture d’un plan de filière ovine française et la stratégie locale appelée Moff (menaces, opportunités, forces et faiblesses) sur laquelle les sept fabricants et les producteurs réunis au sein de l’APLBR, ont travaillé cet hiver. « Les trois interprofessions régionales ovines et les « hors interpro » ont défini trois priorités : être en phase avec les attentes sociétales, maintenir le potentiel de production en France et progresser dans la gouvernance de la filière », a résumé Jérôme Faramond. Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1466, du 28 juin 2018, en page 5.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Eva DZ

C’était la première assemblée générale de Cécile Arondel Schultz comme secrétaire générale de la confédération générale de Roquefort. Aux côtés de son président, Jérôme Faramond, elle a présenté la feuille de route de l’interprofession. Le contexte tant national, que régional ou encore à l’échelle du bassin de Roquefort, n’est en effet pas sans conséquence. Il y a d’abord les États généraux de l’alimentation, l’écriture d’un plan de filière ovine française et la stratégie locale appelée Moff (menaces, opportunités, forces et faiblesses) sur laquelle les sept fabricants et les producteurs réunis au sein de l’APLBR, ont travaillé cet hiver.
« Les trois interprofessions régionales ovines et les « hors interpro » ont défini trois priorités : être en phase avec les attentes sociétales, maintenir le potentiel de production en France et progresser dans la gouvernance de la filière », a résumé Jérôme Faramond.

C’était la première assemblée générale de Cécile Arondel Schultz comme secrétaire générale de la confédération générale de Roquefort. Aux côtés de son président, Jérôme Faramond, elle a présenté la feuille de route de l’interprofession. Le contexte tant national, que régional ou encore à l’échelle du bassin de Roquefort, n’est en effet pas sans conséquence. Il y a d’abord les États généraux de l’alimentation, l’écriture d’un plan de filière ovine française et la stratégie locale appelée Moff (menaces, opportunités, forces et faiblesses) sur laquelle les sept fabricants et les producteurs réunis au sein de l’APLBR, ont travaillé cet hiver.
« Les trois interprofessions régionales ovines et les « hors interpro » ont défini trois priorités : être en phase avec les attentes sociétales, maintenir le potentiel de production en France et progresser dans la gouvernance de la filière », a résumé Jérôme Faramond.

Suite de l'article à lire dans le Réveil Lozère n°1467, du 5 juillet 2018, en page 7.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui