Le Réveil Lozère 07 mars 2018 à 08h00 | Par Aurélie Pasquelin

Premier entraînement au Pont-Roupt

Pour mettre toutes les chances de leur côté à l’occasion de leur première participation au concours de cuisine, Ginette Gerbail, Marie-Noël Brunel et Lilou, ont commencé les entraînements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Ginette Gerbail, Marie-Noël Brunel et Lilou se sont retrouvées mercredi 28 février pour une matinée de cuisine.
Ginette Gerbail, Marie-Noël Brunel et Lilou se sont retrouvées mercredi 28 février pour une matinée de cuisine. - © Aurélie Pasquelin

Mercredi matin, 9 h 30, Ginette Gerbail, Marie-Noël Brunel et Lilou se retrouvent pour une matinée de cuisine. Pourtant, il y a quelques jours encore, Ginette ne connaissait pas Marie-Noël et sa petite-fille Lilou. Elles se sont rencontrées pour la première fois vendredi 23 février, lors de la réunion de préparation du concours De la botte à la toque. « On connaît la composition des équipes depuis plusieurs semaines maintenant, mais on ne s’était pas rencontré auparavant, explique Marie-Noël Brunel. Et entre nous ça a tout de suite collé. »

Une activité en famille
À tel point que les trois concurrentes se sont organisées pour pouvoir s’entraîner le plus tôt possible et ainsi pouvoir intégrer les contraintes du concours : cuisiner un plat à base de viande BFA, l’accompagner d’une sauce au fromage et préparer un dessert à base de lait de brebis.

 

Suite de l'article à lire dans Réveil Lozère n°1450, du 8 mars 2018, en page 6.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La procédure de réouverture du marché chinois à la viande bovine française continue à un rythme effréné avec l’agrément de quatre établissements français.

annonce le ministère de l’Agriculture. Il s’agit notamment de deux abattoirs, un du groupe Bigard situé à Feignes dans le Nord, et un de l’entreprise Elivia au Lion-d’Angers dans le Maine-et-Loire.