Le Réveil Lozère 10 juillet 2013 à 12h22 | Par Lise Monteillet

Préfecture - La Pac et le loup : deux sujets d’importance pour le nouveau préfet

Philippe Vignes a quitté la Lozère, cédant sa place à Guillaume Lambert, nouveau préfet.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La salle était comble lors de la cérémonie de départ de Philippe Vignes.
La salle était comble lors de la cérémonie de départ de Philippe Vignes. - © Le Réveil Lozère

Comme le veut la tradition, Philippe Vignes a organisé une réception à l’occasion de son départ en Mayenne, vendredi 5 juillet. Il était en Lozère depuis un an et demi. L’assemblée était nombreuse, à la salle des fêtes de la préfecture. Philippes Vignes a suivi de nombreux dossiers, dont plusieurs concernaient directement l’agriculture. La Lozère subissait une grave sécheresse, lors de sa prise de fonction. Philippe Vignes a aussi œuvré pour la mise en place de la gouvernance de l’inscription des causses et Cévennes au patrimoine mondial de l’Unesco. L’arrivée du loup en Lozère aura mis le représentant de l’État à l’épreuve ces derniers mois.

À lire dans le Réveil Lozère n°1217, du 11 juillet, en page 7.

Guillaume Lambert devait rencontrer Christine Valentin, présidente de la chambre d'agriculture, jeudi 11 juillet.
Guillaume Lambert devait rencontrer Christine Valentin, présidente de la chambre d'agriculture, jeudi 11 juillet. - © Le Réveil Lozère

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

On nous demande beaucoup d’efforts pour améliorer nos produits, sur la qualité, sur l’environnement, ce qui occasionne des coûts supplémentaires. Et dans le même temps, nous subissons de plus en plus d’importations de produits qui faussent la concurrence, et ne correspondent pas aux standards sanitaires et environnementaux qu’on nous impose.

expliquait Jérôme Despey, secrétaire général du syndicat FNSEA, quelques heures avant le début du blocage des raffineries et dépôts de carburants.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui