Le Réveil Lozère 27 février 2019 à 15h00 | Par Unité élevage de la chambre d’agriculture de l’Allier

Pour une mise à l’herbe réussie, ni trop tôt, ni trop tard

Afin d’anticiper une mise à l’herbe qui se fera sans doute le plus tôt possible en raison des stocks de fin d’hiver au plus bas, quelques précautions s’imposent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une mise à l’herbe précoce permet de ne pas se laisser dépasser par l’herbe.
Une mise à l’herbe précoce permet de ne pas se laisser dépasser par l’herbe. - © Chambre d’agriculture 03

Il sera évidemment nécessaire de refaire du stock ce printemps. Aussi, prendre le temps de bien répartir ses surfaces destinées à la pâture ou la fauche est primordial. En moyenne, sur des terrains productifs, l’équilibre à trouver se situe autour de 80 ares par UGB : 40 ares pour la pâture et 40 pour les premières coupes. En fonction de l’état de ses prairies en sortie d’hiver après les conditions difficiles qu’elles ont connues en 2018 et de leur potentiel, ce chargement peut être révisé.
Rappelons que la mise au pré doit se faire autour des 300°Cj cumulés (base 1er février [0-18°C]) pour une valorisation optimale de vos prairies. « Les vaches doivent regarder l’herbe pousser ». Une mise à l’herbe précoce permet de ne pas se laisser dépasser par l’herbe. Aussi les animaux mangent une herbe jeune de qualité dès la sortie et pour longtemps, sans refus.

Suite de l'article à lire dans le dossier aménagement du pâturage du Réveil Lozère n°1499, du 28 février 2019, en page 11.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Le Réveil Lozère se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

En bref
Prochaine brève

5 brève(s) » voir toutes

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Le 23 juillet dernier, les députés de la majorité ont piétiné leur propre loi. Ils ont assumé, sans sourciller, de ratifier le Ceta autorisant les importations de viandes canadiennes issues de bovins nourris aux farines animales… après avoir voté, quelques mois auparavant, une loi interdisant toute commercialisation, en France, de produits “pour lesquels il a été fait usage de produits vétérinaires ou d’aliments pour animaux non autorisés par la réglementation européenne”.

rappelle le berceau des races à viande du Grand Massif central dans un communiqué daté du 17 septembre où les responsables appellent à la mobilisation.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui